06. Stratégie du facteur humain à la Denise René

« Les jeux de la vie reflètent les buts de la vie. »
Robert S. De Roop

Parfois, quand on fait du sport, on a besoin d’un surplus de motivation, d’un petit encouragement. Mais tout le monde n’a pas d’entraîneur ou de détermination. Comment faire pour que les artistes fassent ce que l’on veut ? 

Monsieur Denis Kilian, si vous souhaitez que certaines choses soient faites, vous allez devoir créer un environnement au sein duquel il est plus important pour eux de « le faire » que de « ne pas le faire » et où « le faire bien » devient un véritable mode de vie pour eux, pour vous, pour l’entité et la continuité d’une ligne directrice avec qualité et fraîcheur d’un renouveau. L’important dans le travail bien fait, c’est la nature du sérieux que l’on affichera pour une révolution des partages. La fondation Denise René sera l’expression de son identité, le symbole de ce à quoi ils croyaient, de ce que vous avez défendu jusqu’ici, et les artistes vivants imagineront un nouvel élan. Naturellement vos artistes travaillent avec sérieux dans le présent, en respectant le reflet des croyances au quotidien des valeurs établis par Denise René et les artistes pionniers. Ils croient à de nouvelles idées à concrétiser, ils savent que tout cela en vaut la peine. Par contre, ils ne savent pas ce qu’ils sont censés faire pour mieux vendre ou pour entreprendre des idées plus folles. Ils sont coincés dans une routine et ils ne veulent pas sortir de leur zone de confort. Ils ne savent plus faire du sport à haut niveau et ils ne font plus de sport. Voici une vidéo de l’entraîneur Arsène Wenger qui explique comment avoir un mental de gagnant :

Vos artistes ont besoin pour travailler de faire quelque chose de plus important encore, une chose exceptionnelle qui donne du sens, un but principal pour défendre une cause. Aujourd’hui, vos artistes ne vous respectent plus d’une certaine manière. L’endroit de la galerie Denise René n’existe plus, elle est devenue un fantôme et pourtant, vous êtes toujours debout en train d’essayer de trouver une voie, une solution. C’est là que je souhaite entrer en scène et orchestrer le nouveau combat Denise René en alignant le passé historique, le présent et le futur dans un certain sens, où les idées appuieront ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Une sacrée épine du pied est sur le point d’être retiré et pour changer, par quelqu’un d’autre que vous ! Je souhaite entreprendre, manager, et apprendre à vos côtés pour vous aider à développer une nouvelle stratégie concernant le facteur humain et les capacités qu’elles peuvent apporter à l’entreprise « la fondation Denise René ». C’est l’heure d’un changement radical qui créera une désunion du moi et qui générera un besoin d’une nouvelle identité qui verra le jour. Elle se fera dans un déroulement fluide, chaotique, explosif, mais ce sera un processus qui défendra une valeur et qui sera encore un besoin satisfait vers de belles réussites. Votre jugement aiguisé, vos capacités, votre désir, votre intérêt à tout réaliser au mieux sera le début d’un processus au cours duquel les balles du jeu se mettront à tomber de plus en plus vite et à une fréquence plus élevée que lorsque vous vous chargiez de tout, seul ou avec votre assistante. Et pour jouer à ce nouveau jeu, qui s’appelle créer une entreprise qui marche, vos artistes doivent être amadoué, nourri et bénéficier de tout l’espace nécessaire pour grandir. Et votre équipe aura besoin aussi d’être soutenu, afin d’apprendre à créer de l’ordre et à transformer la vision de la fondation en actions qui pourront exprimer efficacement à la face du monde. Voici une seconde vidéo de l’entraîneur Arsène Wenger qui raconte l’état d’esprit d’un joueur (ou d’un artiste) à haut niveau :

Par conséquent, que cela vous plaise ou non, nous devons apprendre le procédé d’un nouveau jeu stratégique. Cela va être passionnant, vous allez pouvoir lâcher prise, vous offrir suffisamment de place pour que s’épanouisse à nouveau le restant de votre être et regarder vos artistes d’un bon œil, avec sérénité pour que le jeu devienne plus enrichissant que vous ne pouviez l’imaginer à ce stade de l’existence de votre entreprise. Vous allez certainement me dire :  « Mais je ne suis pas capable aujourd’hui d’imaginer à quoi ressemblerait la Fondation Denise René. Je suis déjà en difficulté à essayer de régler les problèmes de la galerie Denise René et si je n’effectue pas le travail. Tout a toujours reposé sur moi. Si je n’étais pas là, mes clients collectionneurs iraient ailleurs. Je ne suis pas certain de comprendre ce qu’il y a de mal à ça. » Daniel Herrero ancien champion de rugby, explicite l’aventure relationnelle, humaine et la libération des mots. Il parle de l’âme du jeu, de la culture, du solidaire, du partage, du courage dans le collectif :

Les grandes équipes sont fières de leurs anciens. » Daniel Herrero

Vous ne pouvez plus vivre ce que vous vivez actuellement. Réfléchissez, dans une entreprise qui repose sur vous, sur votre style et celui de votre tante, sur votre personnalité, sur votre présence, sur votre talent de raconter l’histoire du passé, sur votre expertise, sur votre volonté d’abattre ce travail, si vous n’étiez plus là, pourquoi vos clients n’iraient-ils pas voir ailleurs ? Vous n’en feriez pas autant, à leur place ? Parce que dans une structure comme celle-ci, ce que vos clients achètent, ce n’est pas la capacité de votre entreprise à leur offrir ce qu’ils attendent, mais votre capacité à leur donner ce qu’ils veulent. Et c’est cela qui ne va pas ! Et si vous ne désiriez pas être là, mais ailleurs ? En vacances un peu plus souvent, à la maison en train de lire un livre, de jardiner ? N’y a-t-il pas un endroit où vous aimeriez parfois vous trouver, au lieu d’être dans votre galerie pour satisfaire des collectionneurs qui ont énormément besoin de vous parce que vous êtes la seule personne à savoir faire cela ? Et si vous étiez malade ou en train de tomber malade ? Vous voyez ? Si votre entreprise repose sur vous, vous n’êtes pas le propriétaire, mais l’employé de la galerie Denise René. Et c’est le pire emploi du monde, parce que vous travaillez tellement pour un résultat minime. Ce n’est plus aujourd’hui l’objectif qui correspond à la création d’un nouveau combat en respectant l’entité, votre tante. On monte son entreprise pour se débarrasser d’un emploi et pouvoir créer des emplois pour les autres. On monte son entreprise pour voir d’autres horizons et pour sortir de sa zone de confort. Nous pouvons donc inventer quelque chose remplissant pour la première fois un besoin du marché, ce qui vous ouvrira les portes d’une nouvelle vie encore plus stimulante, enrichissante et avec plus de légèreté. Enlever le poids du monde sur vos épaules, voilà ce que je vous propose. Nous devons nous réveiller avec une nouvelle vision.

La liberté guidant le peuple est un tableau peint en 1830 par Eugène Delacroix, le chef de file du romantisme. C'est une représentation fictive de la révolution parisienne de juillet 1830. "La liberté n'existe que dans le mouvement de conquête de la liberté." Alain Robbe-Grillet

Sans une personne entreprenante pour mettre de l’ordre et sans vos artistes pour la mettre au travail vers l’innovation et le remarquable, votre entreprise est vouée à une mort fort dramatique. Il est temps d’entreprendre pour jouer un nouveau rôle. Vous devez considérer la fondation Denise René bien distincte de vous-mêmes, être seulement le président. Votre travail est de poser toutes les bonnes questions sur la raison d’être de cette entité. Vous allez commencer à vous dire :  « Le moment est venu de m’offrir une nouvelle vie, pas tout seul, mais tous ensemble, d’imaginer un défi et d’entamer le processus de création d’une existence entièrement nouvelle. Nous allons vivre une expérience merveilleuse, rassembler une famille, fréquenteront d’autres fondations et galeries en partenariats et alliances. Nous allons créer des opportunités, bousculer le système de l’art, renverser et réunir deux mouvements artistiques et reverser de l’argent équitablement sans laisser quelqu’un sur le carreau. Enfin, la fondation apportera tout ce que je souhaite, qui ne nécessite pas ma présence permanente, une activité dont la particularité est unique et les gens parleront très longtemps du combat de Denise René, de moi et de mes artistes. » 

Comprenez-vous que le succès est par les autres ? Le succès sera avec ceux qui sont différents de vous-mêmes et cette différence recèle une force, et l’aptitude à cultiver la diversité. Cela deviendra et décuplera des compétences en équipe de plus en plus cruciale. Nous devons réunir et casser l’image négative actuelle de la galerie Denise René. N’oubliez pas que les stéréotypes négatifs peuvent affecter la qualité de travail de ceux qui en sont la cible ou des artistes qui font partie de la liste de la galerie. Pour réussir dans un travail commun, les gens ont besoin de sentir qu’ils sont chez eux dans l’entreprise, acceptés, estimés et qu’ils possèdent les aptitudes et les ressources nécessaires pour réussir leur carrière. Quand les préjugés ébranlent ces convictions, la qualité du travail en souffre, une famille d’artistes en est éprouvé. Rendez-vous compte des répercussions, des perturbations mentales qui sont dévastatrices sur un terrain émotionnel, moral et financier ? Cela engage votre responsabilité, mais aussi celle de vos artistes qui font partie intégrante de l’aventure artistique depuis plusieurs années. Nous avons souvent des difficultés à décoder les signaux émotionnels subtils et tacites de ceux qui appartiennent à une famille, un groupe. Vous remarquerez que l’échec que vous vivez aujourd’hui, fausse totalement le rapport humain et cela génère un malaise et une distance émotionnelle qui incite à considérer l’autre à travers le prisme déformant des stéréotypes collectifs au lieu d’envisager un artiste comme un individu à part entière. Votre tante Denise René, votre mère, vous-même, vous avez réussi à avancer, à convaincre, à entraîner, à réunir une famille, à créer une entité qui est inscrite dans l’histoire de l’art. Vous étiez certain de votre cap. Vous vous appuyez sur vos artistes comme ils s’appuyaient sur vous. Au plein sens du terme, nous étions une avant-garde. L’enjeu, aujourd’hui, est d’apprendre à nouveau à exploiter la diversité pour optimiser les performances collectives. Cette capacité d’exploiter la diversité repose sur trois aptitudes : une bonne qualité d’entente avec des êtres différents, une reconnaissance de la singularité du fonctionnement d’autrui et du nouveau système de jeu que l’on va mettre en place, et la capacité de saisir les opportunités commerciales que ces rapports singuliers peuvent susciter. Les bénéfices potentiels de cette exploitation de la diversité amèneront à une meilleure rentabilité, un progrès de la capacité collective d’apprentissage avec une passation des savoirs, de l’entraide et du partage, une souplesse plus grande et une adaptation rapide aux transformations des marchés. Nous apporterons des connaissances, des points de vue différents, contradictoires sur le travail artistique et l’art contemporain d’aujourd’hui. Nous changerons la manière de procéder en planifiant un développement de l’entreprise avec des objectifs à atteindre, tout cela est à définir, organiser des missions, mettre sur pied des équipes efficaces, communiquer des idées et diriger. Ce savoir entraînera des progrès spectaculaires dans l’entreprise. Nous apporterons une nouvelle manière de penser le travail. Notre manière de travailler se transformera parce que notre perception des problèmes à traiter et des solutions à apporter évoluera positivement d’une manière totalement inimaginable. Cela changera la substance et améliorera la qualité du travail à tous. C’est en prenant au sérieux la variété des points de vue qu’apporte la personnalité de vos artistes, des collaborateurs, de toute la diversité qui nous entoure dans la vie professionnelle, que nous arriverons à saisir à nouveau l’occasion de faire progresser collectivement les équipes et nous renforceront significativement la compétitivité de l’entreprise.

Il nous faudra connaître les contours du territoire jusqu’à l’international, avoir la capacité à déchiffrer correctement les réalités politiques pour la constitution de réseaux officieux et d’alliances qui nous permettront d’exercer une influence dans l’art contemporain, quel que soit notre rôle. Nous savons que toute entreprise possède son propre système nerveux de connexions et d’influences. Denise René et vous, vous avez cru à la mission éthique de l’art dans la ville. Denise René était persuadée que la société avait besoin de se référer à des valeurs d’ordre culturel, c’était une conviction profonde pour elle. Elle était certaine que la forme d’art mise à jour par Malevitch et Mondrian était un passage obligatoire de la création plastique, mais surtout elle savait qu’il fallait réunir deux mouvements artistiques en guerre depuis plusieurs années. J’en ai trouvé la preuve dans la conversation qu’elle a eue avec Catherine Millet. Certaines personnes n’ont pas conscience de cette partie immergée de l’iceberg, alors que d’autres l’intègrent en permanence dans leurs calculs. L’aptitude à décrypter les jeux d’influences, qui conditionnent les décisions dépend de notre capacité à faire jouer notre empathie avec l’entreprise dans son ensemble et pas simplement à un niveau individuel. Ceux qui entretiennent de vastes réseaux personnels dans une organisation bénéficient d’une bien meilleure vision du fonctionnement de l’entreprise et cette intelligence leur permet de comprendre où se situent les véritables clés du système. N’oublions pas que le but de l’œuvre d’art, c’est d’ouvrir les consciences, d’éduquer le regardeur, mais c’est surtout vendre. C’est d’ailleurs la caractéristique des vendeurs les plus talentueux que de savoir déchiffrer les réseaux d’influence d’un collectionneur/client.

Monsieur Denis Kilian, vous deviendrez le président de la Fondation Denise René et je souhaite être à vos côtés pour faire partie des décideurs, car j’ai la compétence émotionnelle, la capacité à interpréter objectivement les situations sans les lentilles déformantes des préjugés et certitudes et cela me permet de réagir avec efficacité. Savez-vous que les dirigeants se trouvent toujours dans la position délicate d’avoir à concilier des points de vue ou des intérêts contradictoires, à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise. Sans une aide et cette habilité d’avoir un regard nouveau, vous aurez des difficultés à imposer une stratégie face aux points de vue de vos pairs, des actionnaires, des artistes, des clients et des concurrents. Il est important de prendre du recul, de mettre de côté votre propre implication émotionnelle dans les événements à venir, pour porter sur eux un regard plus objectif et plus fous. D’ailleurs, quand vous serez confronté à un conflit dans l’entreprise, vous serez capable d’embrasser les différents points de vie et de décrire avec précision la position de chacun des acteurs dans cette nouvelle situation, pour la révolution des partages. Il sera important de retrouver de la lucidité, du recul, la maîtrise de soi et de l’empathie pour vous, vos artistes, collaborateurs et les clients. L’empathie avec l’entreprise dans son ensemble implique de savoir s’imprégner de l’atmosphère et de la culture d’une collectivité. La convivialité au cœur du travail est aussi importante. Si nous sommes motivés d’une forte volonté de résultat est d’être toujours à la recherche de faire mieux, d’innover, d’entreprendre, alors cela nous assurera un avantage sur les concurrents. Nous rechercherons sans cesse des occasions de nouer des liens affectifs et le plaisir sera dans la volonté de résultat pour atteindre l’exception. L’exigence de réussite est l’aspiration au progrès et à l’excellence. L’engagement sera notre capacité d’épouser la vision et les objectifs de l’entreprise et du groupe d’artistes que nous allons constituer pour faire la révolution des partages. L’initiative et l’optimisme seront les deux compétences indissociables qui permettront de saisir les opportunités et de surmonter les obstacles et les revers. Dans nos esprits à tous, il sera question de faire toujours mieux. Si nous exigeons des performances très élevées, la récompense sera élevée elle aussi. Nous allons constituer un groupe d’artistes de champions en les mettant au sport artistique haut niveau. L’ascension sera rapide et remarquable parce que vous avez déjà un socle d’artistes qui ont la capacité d’imaginer plusieurs innovations qui modifieront la donne dans un secteur économique de l’art qui aujourd’hui est devenu frileux et peu enclin aux changements. Nous allons apporter les effets de surprise comme l’exposition le mouvement, le manifeste jaune de Vasarely et de la nouveauté. Lançons-nous dans un défi énorme, dont les artistes et les collaborateurs adoreront. Engageons-nous dans la volonté de réussir et qu’elle soit une de nos valeurs essentielles pour le progrès constant. Prenons plus de risques calculés. Réclamons et soutenons les innovations des artistes et fixons les objectifs exigeants pour atteindre, améliorer un niveau d’excellence. Nous avons toutes les compétences, les caractères, les axes qui montreront une volonté tenace d’y arriver et de bouleverser le monde de l’art. Nous apprendrons de nos erreurs, nous combattrons les incertitudes par une recherche constante d’informations et de méthodes pour progresser et améliorer nos performances. Nous avons le dénominateur commun, ce besoin de compétition en nous, allié à la passion exclusive inscrite dans l’histoire de l’art du combat de Denise René et des artistes. Mettons-nous au travail pour le changement dans le mouvement !

© Estelle Bellin 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :